opis
opis
Paroisses Saint-Etienne OHAIN Saint-Joseph RANSBECK
Paroisses Saint-Etienne OHAINSaint-Joseph RANSBECK

Contrairement à ce que le seul cartouche visible pourrait le laisser penser (1759), l'existence de l'église Saint-Etienne d'Ohain est bien antérieure à cette date. Les bases de la construction de la tour dite "sarrasine" remontent au 13e siècle ; mais en 1154 déjà, un parchemin stipule que la dîme de la ferme d'Hannonsart peut être donnée au prieuré de Basse-Wavre à condition de verser par celle-ci un cens de 8 deniers à l'église d'Ohain.La paroisse et l'église d'Ohain dépendaient alors de Braine-l'Alleud et c'est vers 1200 (selon les historien et géographe J.Tarliers et A.Wauters) que Ohain devint une paroisse distincte.



Plusieurs dates découvertes dans la tour ou ses murailles (1523, 1644, 1688) indiquent sans doute différentes campagnes de rénovation précédentes avant la grande restauration terminée en 1759 et la dernière de 2003 qui vit une restauration importante des murailles de la tour et de l'escalier en colimaçon construit dans l'épaisseur des murs. En 1761, c'est monseigneur de Berlo, évêque de Namur, qui vint consacrer la nouvelle église, dont la dédicace précédente se célébrait le jour de la fête des saints Pierre et Paul, (la paroisse d'Ohain fut rattachée au diocèse de Namur en 1559). La tour fut classée en 1920, le site en 1962 et l'église elle-même en 1983 par la Commission Royale des Monuments (selon le curé Saelens).



L'église saint-Etienne contient nombre de pièces anciennes : fonts baptismaux et bénitier en pierre bleue, ostensoir en argent (achetée Mons en 1754 pour plus de 700 florins), chaire de vérité (240 florins payés par la communauté), série de toiles ovales installées vers 1759 ou encore (entre autres) stalles rachetées à l'abbaye d'Aywiers (après la révolution française).

La première maison pastorale (qui fait aussi partie du site) date de 1666 (curé Colson) mais sa reconsrtuction au 18e siècle reste l'oeuvre personnelle du curé Jamin (curé de la paroisse de 1746 à 1776).




Wersja do druku Wersja do druku | Mapa witryny
© Krzysztof Kolendo